Accompagnée par MICHEL HAUMONT

 
 

Depuis ses débuts en 1985, qu’elle soit encensée ou ignorée par la critique, Véronique Rivière poursuit son petit bonhomme de chemin dans le paysage musical français. Dans un monde qui tourne souvent carré, elle propose sans fioriture les thèmes qui peuplent son univers et l’on se laisse séduire par la finesse du style et le charme du chant. Si la maîtrise des ellipses, l’espièglerie légère, le désespoir esquissé n’appartiennent qu’à elle, beaucoup se reconnaîtront dans son miroir.

Un père né à Moscou, une mère venue au monde à Rabat, Véronique, cadette d’une fratrie de 3 enfants, voit le jour en février 1959 à Suresnes et grandit à Paris. Un baccalauréat littéraire en poche, elle entre au cours Florent. Dans quelques téléfilms, elle donne la réplique à des acteurs comme Daniel Gélin, Bernard Lecoq ou encore Richard Bohringer avant d’intégrer pendant 3 ans la troupe de théâtre du café de la gare, dirigée alors par Romain Bouteille. Parallèlement à ses activités de comédienne, Véronique écrit. Un ami musicien lui propose de mettre ses textes en musique, l’encourage à les chanter elle-même et une maquette d’une dizaine de titres est réalisée.

En 1984, elle signe son premier contrat de disque avec Thierry Haupais, directeur de production chez Virgin, et enregistre son premier 45t "Si seulement tu voulais monter". À cette occasion, elle rencontre Dominique Blanc-Francard, ingénieur du son et réalisateur. Leur collaboration durera jusqu’en 1997 et donnera naissance à 4 albums : (1987 "Et vice verseau" / 1989 "Véronique Rivière" /1993 "Mojave" / 1996 "En vert et contre tout" Grand prix de l’Académie Charles Cros)

Dès le second album, Véronique décide de créer ses propres mélodies et la chanson "Capitaine" lui apporte la reconnaissance du grand public.

L’année 1998 marque la fin de sa collaboration avec DBF. Les temps changent et Véronique a de plus en plus de mal à trouver sa place dans l’univers sans nuances des multinationales et des médias. Après une nouvelle série de concerts en avril 1998 au Sentier des halles, elle quitte la capitale pour aller s’installer dans le sud-est de la France. Sans abandonner l’écriture et la composition, elle s’investit alors, avec une amie monitrice, dans la création d’un petit centre équestre sur son lieu de vie. Chevaux, poneys et chansons font bon ménage, mais la scène lui manque.

En 2005, Bernard Pradier, organisateur de spectacle, lui demande de revenir chanter une semaine à Paris, au Théâtre de Xix heures. Dans la foulée, elle enregistre son 5ème album "Eponyme". L’aventure se poursuit avec Laurent Ruquier, qui, en 2006, lui offre à son tour la possibilité de se produire pendant 1 mois au Théâtre de Dix heures. C’est reparti pour un tour…de chant !

De février 2009 à mars 2010, elle joue et chante dans la comédie musicale "Je m’voyais déjà" écrite par Laurent Ruquier sur des chansons d’Aznavour. En 2011, elle sort son 6ème album "Aquatinte" réalisé en collaboration avec le guitariste Michel Haumont et se produit successivement à l’Européen puis au Sentier des Halles…

La suite de l’histoire reste à écrire…

 
  Site Internet >  


 
 
VÉRONIQUE RIVIÈRE
Capitaine
(enregistré à Lyon / A Thou Bout d'Chant 3.10.2014)